Le Patchwork et vous

DSCN1268 (1).JPG
Une courtepointe pour Alyssa…

Petit préambule…

20160413_134816.jpgComment m’est venue la passion du patchwork ? Tout bêtement… J’étais entrée dans une boutique spécialisée en tissus, mercerie et autres accessoires de couture pour y acheter deux boutons. Pas plus! Or, mon regard fut soudain attiré vers le fond du magasin où étaient exposés de grands panneaux colorés, véritables créations artistiques réalisées à partir de morceaux de tissus variés. Curieuse, j’inspectais ces ouvrages composés d’éléments géométriques de formes et de tailles soigneusement étudiées et parfois agrémentés de motifs appliqués. Complètement bluffée, je me dis : «Que c’est beau ! Mais, c’est trop compliqué pour moi !» Mes talents de couturière se limitant à savoir coudre un ourlet, poser un bouton et piquer à la machine en faisant de gros efforts pour ne pas zigzaguer… Un peu déçue par mes incompétences, je repartis avec mes deux boutons et un souvenir enthousiaste de cette exposition proposée par un club de «quilteuses». Bref ! J’étais emballée et une petite voix tentatrice me suggéra qu’il serait tout de même intéressant de s’informer sur les techniques du patchwork. J’achetais donc une revue spécialisée et je me lançais courageusement dans la confection d’une…manique. Comme le résultat était très honorable, je décidais de poursuivre l’aventure.

midwestern amish quilt
Midwestern Amish Quilts – American Folk Art Museum

Et voilà ! De fil en aiguille, de carrés en triangles, je suis passée de la manique au napperon, puis au jeté de table et enfin, carrément à la courtepointe ! Fiérote, j’avais l’impression d’avoir franchi l’océan atlantique à la nage ! Véritable exploit pour quelqu’un qui zigzaguait en piquant à la machine ! Et, comme j’avais matelassé comme une grande ma courtepointe à la main, mon petit ego se jugea digne des quilteuses américaines qui avaient émigrés d’Europe pour s’installer dans l’Ouest. Par nécessité ou par économie, ces dernières récupéraient des chutes de tissus afin de confectionner des courtepointes à la main, assises autour d’une grande table, dans une ambiance du genre « petite maison dans la prairie ». Mais, cette activité très conviviale fut particulièrement pratiquée par les femmes Amish qui développèrent des techniques conformes aux exigences de leur communauté. Et, là, ma petite vanité devait humblement s’incliner devant leur extraordinaire savoir faire. Car, leur style de vie étant très strict, la réalisation de leurs ouvrages reflétait la sobriété de leur existence. J’avoue que j’ai un faible pour leurs réalisations…

patchwork amish 2.jpg.png
Patchwork Amish

Toutefois, l’agencement des couleurs de leurs pièces de tissus unis produisait (et produisent encore…) des effets splendides qui ont inspiré de nombreuses quilteuses dans le monde. D’ailleurs, des musées sont consacrés à leurs ouvrages dont la plupart sont entièrement réalisés à la main. De nos jours, il est à noter que beaucoup de messieurs se sont à leur tour passionnés pour cet art particulièrement plaisant.

patchwork amish
Réalisation de type Amish
Et, quelle ne fut pas ma joie lorsque mes petits enfants ont voulu partager avec moi cette passion ludique et créative ! Je ne résiste donc pas au plaisir d’illustrer ce premier article avec le « nine patch » de Nathan (9 ans) et celui de Léonie (7 ans) qu’ils ont totalement cousu seuls et à la main !
patchwork de Nathan
Patchwork de Nathan
patchwork Léonie
Patchwork de Léonie
Alors, pourquoi pas vous ? Prochainement, je vous parlerai du matériel, des tissus, des techniques comme la découpe des pièces, des motifs traditionnels, de l’assemblage, du matelassage à l’aide de points réalisés à partir de tracés décoratifs, c’est-à-dire le quilting et naturellement, du vocabulaire ! Je vous dis donc, à très bientôt !
Page 2 : Quelques recommandations

11 réflexions sur « Le Patchwork et vous »

  1. Il y a quelques années une amie de passage, pour me remercier de mon hospitalité, m’a offert un petit patch-work rectangulaire de 40×30 qui trône tous les jours sur ma table de cuisine. Quel beau travail !… Tout l’art est d’assembler de jolis tissus variés tant en couleurs qu’en motifs de leur donner la forme souhaitée ; par la minutie de la couturière lors de sa réalisation la magie du beau est juste là devant nos yeux. Ce petit cadeau me permet tous les jours de penser à elle. Chouette n’est-ce pas ?

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Partage de savoir-faire, de connaissances, d'opinions avec humour et bonne humeur.

%d blogueurs aiment cette page :