Enquêtes très spéciales…

 adam et eve michel Ange.jpg

S’affranchir des voix de pharaon

chouettte avatar
Par Rachel FYL

Depuis son origine, l’humanité est confrontée aux prétentions des despotes ressemblant à s’y méprendre au pharaon des deux premiers chapitres de l’Exode. L’Histoire nous apprend d’ailleurs, combien il a toujours été périlleux pour les peuples opprimés de tenter de s’affranchir de leurs pouvoirs.
Toutefois, en approfondissant le sens des chapitres en question, il apparaît que chaque humain est lui-même gouverné par une sorte de tyran intime qu’il a intérêt à débusquer pour se libérer de son influence carrément nuisible ! Et pour cause ! C’est cet intime tyran qui créé les despotes, c’est encore lui qui est à l’origine de toutes formes de conflits puisqu’il convoite le pouvoir absolu et cultive l’art de la domination. Pire ! Dans certaines circonstances, il empoisonne les relations entre les êtres lorsque l’orgueil campe les protagonistes sur les positions exigeantes de leur intime tyran. Dialogue impossible… Seulement, voilà ! Qui est-il ? Comment le reconnaître, comment s’affranchir de son influence négative et comment réparer ses imperfections ?
Et bien, figurez-vous que dans le Livre des livres, l’ancêtre de ce tyran apparaît dès la fin du second chapitre de la Genèse (B’reshit) et révèle au troisième chapitre, le côté sournois de sa nature. Aïe ! Cela signifie que, dès notre naissance, nous portons en nous le rejeton de ce despote primordial… Franchement, à quoi pensait l’Inconnaissable Créateur ? Fallait-il vraiment nous infliger la présence de cet hôte antipathique dans notre petit monde intérieur ?

Naturellement, les interprétations classiques de ces trois chapitres se fondent souvent sur une logique «chelou» qui ne reçoit plus guère d’adhésion. Pour justifier cette incrédulité, faisons une synthèse succincte des trois premiers chapitres du B’reshit (Genèse), tels que certains les entendent et les envisagent encore de nos jours avec une stupéfiante ingénuité.
De leur lecture au premier degré, il ressort que l’Ineffable a conçu l’Adam puis, qu’Il lui a donné le souffle de vie afin d’assurer son existence. Jusque-là, tout va bien…Tel un enfant très aimé, celui qui est toujours désigné comme le premier « homme » (mâle…) est ensuite placé au sein d’un berceau délectable appelé Jardin d’Eden. L’évocation de ce seul nom a enchanté l’imaginaire de l’humain en éveillant en lui la vague nostalgie d’un «paradis perdu». Et pour cause ! Ce récit représente pour beaucoup un lieu sans soucis, sans ennemis, sans intempéries, sans charges domestiques, sans animaux sauvages, sans rien de ce qui contrarie les intérêts de la communauté humaine… Un lieu de béatitude et de bonheur parce qu’on peut y consommer à volonté des fruits délicieux qu’on n’a même pas besoin de cultiver ni d’acheter ! Le seul effort que devait fournir l’ancêtre en question, c’était de les cueillir et de les absorber jusqu’à satiété sans débourser un centime. Puis, comme apparemment il n’avait rien d’autre à faire, il s’en allait digérer son repas au cours d’une bonne sieste, à l’ombre de l’arbre fatal dont le Créateur lui avait interdit de goûter du fruit.
Entre-temps, l’Ineffable avait eu la mauvaise idée de lui donner une «épouse» pas très futée puisqu’elle bavarda imprudemment avec un serpent particulièrement pernicieux. Il faut dire qu’elle avait été façonnée à partir d’un morceau grossier de l’Adam, c’est-à-dire l’une de ses «côtes». La pauvrette ne pouvait donc pas prétendre à un statut intelligent aussi estimable que celui de son «mari» ! Et, les interprètes masculins d’en conclure que l’Ineffable l’avait créée pour occuper des fonctions secondaires comme tenir proprement la maison de son époux, procréer pour assurer sa descendance, mais surtout pas pour réfléchir. Bref ! Selon cette perspective, le Créateur avait tout organisé pour que l’Adam (mâle…) coule une éternité de jours heureux dans le Jardin d’Eden.
Il est donc enseigné que cet état de bonheur intégral aurait pu se prolonger indéfiniment si l’épouse de l’ancêtre en question n’avait pas fauté en transgressant la seule loi en vigueur dans le Jardin d’Eden. Fallait-il qu’elle soit assez stupide pour écouter le serpent en mangeant de ce fruit et en obligeant (on ne sait trop comment…) son époux à en absorber alors que l’Ineffable leur avait interdit de le consommer ! Pas étonnant qu’ils aient provoqué Son courroux puisqu’ils venaient, semble-t-il, de ruiner Ses Projets ! Selon cette interprétation, il faut croire que le Créateur n’avait pas vu venir le danger ! Le châtiment qui s’ensuivit est donc à la mesure de Sa colère et ressemble fort à une «vengeance»  que certains jugent légitime. Expulsés du Jardin d’Eden, le couple est livré à l’adversité d’un monde opposé dont la cruauté leur promet des souffrances expiatoires. Et depuis, l’humanité maudit cet ancêtre et son épouse irresponsable à l’origine de cet exil douloureux.
A la lecture de ces enseignements, beaucoup de questions s’imposent. Comment donner de la crédibilité à ce «Dieu» imprévoyant puisqu’Il se laisse surprendre par Ses créatures? Comment aimer cette Puissance décrite comme punitive et coercitive lorsqu’on ne lui obéit pas ? Est-ce réellement le message de ces premiers récits du Livre ? Sont-ce là les uniques voies d’interprétation ? Ne privent-elles pas l’humanité d’une perspective essentielle : donner du sens à l’existence en donnant du sens au Projet divin ? Peut-être qu’en allumant la petite lanterne de l’intelligence du cœur, on peut entendre les murmures d’amour et d’espérance qui s’écoulent de la Parole qui écrit le Livre des livres ?
Mais auparavant, toujours la même question : comment s’affranchir du tyran nommé Pharaon ?
Prochain article : Un serpent nommé désir.
A consulter, les pages 1-2-4-5-6

4 réflexions sur « Enquêtes très spéciales… »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Partage de savoir-faire, de connaissances, d'opinions avec humour et bonne humeur.

%d blogueurs aiment cette page :