Enquêtes très spéciales…

adam et eve michel Ange

UN SERPENT NOMME DESIR : première partie

 Documents à consulter : BERESHIT 1-2-3
chouettte avatar
Rachel FYL

Avant de faire connaissance avec ce célèbre et non moins énigmatique reptile, lisons attentivement les trois premiers chapitres de la Genèse (B’reshit). C’est indispensable si nous voulons apprendre à interroger les récits et identifier le serpent en question ! Puis, examinons le processus de la Création, tel que nous le présentent les allusions, les allégories et les métaphores du premier chapitre. Tout d’abord, intéressons-nous aux cinq premiers versets :

1 – En Tête CREA Elohim les ciels et la terre. 2 – Et la terre était tohu et bohu, une ténèbre sur les faces de l’abîme et le souffle d’Elohim planait sur la face des eaux. 3 – Et Il a dit Elohim, sera lumière et il a été lumière. 4 – Et Il a vu Elohim que la lumière est bonne et Il a séparé Elohim la lumière de la ténèbre 5 – Et Il a crié (nommé) Elohim vers la lumière Jour et vers la ténèbre Il a crié Nuit, et il a été soir, et il a été matin, Jour UN.
b'reshitB’reshit est le premier mot du premier verset. Il est généralement traduit par «au commencement» ce qui est correct puisque la narration fait allusion au début de la Création. Toutefois, ce substantif en hébreu a pour racine Rosh qui signifie «tête». Il est par ailleurs préfixé par la lettre Beith, c’est-à-dire l’équivalent de la préposition dans et en. Cette particularité autorise donc la traduction : «En Tête…» Ce qui donne naturellement une idée de commencement, de début d’une action tout d’abord planifiée en forme de projet dont les données sont édifiées en tête. Par conséquent, nous pouvons envisager que, pour commencer, l’Ineffable élabore dans l’Inconnaissable siège de Sa Pensée, les fondements des Ciels et de la Terre qu’Il désire créer.
Toutefois, le récit indique que les éléments matériels nécessaires à l’accomplissement de Son Projet sont mélangés (Tohu-Bohu). Donc, ils sont en état de confusion, d’inorganisation et la première tâche du Créateur est de mettre de l’ordre dans ce désordre. Pas d’un coup de baguette magique ! Mais, par une série d’actes préalablement «réfléchis» et par la combinaison de moyens spécifiques en vue d’obtenir un résultat déterminé. Or, qui dit «confusion» dit manque de clarté ! Et, qui dit «clarté» dit «lumière», c’est-à-dire non seulement celle qui éclaire ou réchauffe, mais également celle qui caractérise l’intelligence, le discernement, la connaissance. Par conséquent, c’est le premier Elément que le Créateur prévoit en disant : sera Lumière. Puis, Il lui donne un fondement en définissant ses propriétés : et il a été Lumière. Elle est désormais différenciée de la Ténèbre et en étant séparées, l’une et l’autre peuvent exprimer leurs caractères distinctifs et complémentaires. C’est un peu comme si l’Ineffable avait déterminé les deux points principaux mais opposés de Son Projet. Une question s’impose ! Est-ce que ces deux points opposés n’annonceraient pas la potentialité d’un troisième point, fruit de l’interaction des précédents : l’équilibre, l’harmonie ? Oui, mais… comment parvenir à cet équilibre ?
Complétons notre interprétation en examinant d’autres perspectives du récit.
Puisque l’émergence de la Lumière fait allusion à l’émergence de l’Intelligence, cela signifie que c’est à sa source que se formeront tous les systèmes «programmés» par Elohim pour assurer l’équilibre et l’harmonie du Projet. Nous comprenons alors mieux l’expression : Elohim Créa les Ciels et la Terre ! Il semblerait en effet que le récit ne fasse pas réellement allusion à notre planète et au firmament ! Il nous invite plutôt à comprendre que la réalisation du monde matériel appelé terre, dépend des systèmes intelligents émanant de la Lumière et que l’on peut appeler «monde spirituel» c’est-à-dire ciels.
Une autre expression vient corroborer nos propositions. Il s’agit de : Et a vu Elohim que la lumière est bonne. Cet adjectif se dit en hébreu Tov et il signifie bon, bien. Au passage, notons qu’il apparaît sept fois dans le récit dès que le Créateur évalue les qualités de chacun de Ses projets avant de les valider. Cela signifie que le système examiné par Elohim produit des effets satisfaisants, utiles, fructueux, justes. Il pourra donc fonctionner tout seul parce qu’il se conforme à des règles (ou : lois) limitant son action. Car, pour que le Projet s’accomplisse harmonieusement, aucun des systèmes ne doit outrepasser le seuil de ce qui est nécessaire et prévu par l’Inconnaissable. Et pour cause ! En l’absence de limites, c’est-à-dire de restrictions, les systèmes fonctionneraient anarchiquement et ce serait le retour de la confusion, du désordre, du Tohu-Bohu
(Tohu-Bohu ? Je ne résiste pas à la tentation de vous faire remarquer que toute ressemblance avec notre société n’est pas fortuite…) A bientôt !
A suivre…
Prochain article : Un serpent nommé désir – 2ème partie
A consulter : les pages 1-2-3 – 4- 6

4 réflexions sur « Enquêtes très spéciales… »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Partage de savoir-faire, de connaissances, d'opinions avec humour et bonne humeur.

%d blogueurs aiment cette page :