Enquêtes très spéciales…

adam et eve michel Ange

UN SERPENT NOMME DESIR : 2ème partie

Documents à consulter : BERESHIT 1-2-3

photo-map-adam1

Voir une synthèse du 1er chapitre de la Genèse → CLIQUER ICI ! map-1-pour-adam

chouettte avatar
Rachel FYL

Le récit met donc en évidence l’élaboration d’un Projet que l’on pourrait comparer à un Rêve. Celui d’Elohim qui désirerait faire exister un « autre » que Lui-même et pour lequel Il organiserait un monde approprié. Un monde fondé sur des normes assurant le mode de fonctionnement harmonieux de tous les systèmes de la Création. Conçus à partir de justes combinaisons, ils deviennent des « intelligences pilotes » disposant de connaissances spécifiques. Ainsi, pour que chaque élément et chaque principe assure sa fonction, Elohim les sépare pour qu’ils expriment leur singularité et parce qu’Il prévoit de leur attribuer une intelligence particulière. Ainsi, il semblerait que chacun combinera dans l’avenir, la puissance de ses facultés avec celles des autres. Naturellement, puisqu’il est question dans le récit d’un Inconnaissable Créateur, nous admettrons que Lui seul connaît les vertus de ces insondables combinaisons capables de produire de bons effets ou de mauvais effets.
Cela explique la précision et la rigueur appliquée à l’élaboration de chaque projet. Le récit ne fait donc pas allusion à une idée de « hasard », ni à l’éventualité de calculs approximatifs. Ainsi, après la création de la Lumière, symbole de chaleur, de vie et d’intelligence, la suite du Projet peut prendre forme. Et, c’est alors la conception de l’espace obtenu par la séparation de ce qui pourrait être envisagé comme deux (mystérieux…) types d’eaux. Cela signifie que le Projet de l’Inconnaissable a besoin d’un lieu spécifique, adapté à ses capacités et à ses besoins. Ainsi, Elohim l’a réalisé hors de Soi afin que cet autre monde dispose de son propre « abri ». Au passage, le récit fait allusion à ce qui caractérise une idée de « dimensions », c’est-à-dire la hauteur et la profondeur. Sur un autre plan et sous forme allégorique, c’est le projet de l’élément AIR qui succède à la Lumière-Feu.
C’est ainsi que du premier verset au verset 10, le récit s’intéresse aux Quatre Eléments puisqu’il est question du rassemblement des eaux en un lieu unique permettant au « sec » de paraître. Voici donc l’introduction de l’Eau et de la Terre ce qui constitue avec les éléments précédents une sorte de support primordial du Projet. On peut alors envisager qu’il s’agit d’une première étape achevée. La seconde commence avec la programmation des fonctions de la terre. Laquelle portera en elle les semences intelligentes du végétal, subsistance nécessaire à d’autres principes qui ne sont pas encore évoqués. Or, si cette terre est riche d’attributs, elle est dans l’incapacité de les révéler sans une « aide extérieure » ! Un peu de la Lumière primordiale lui sera nécessaire et c’est alors qu’Elohim annonce la création des Luminaires et des étoiles qui vont remplir l’espace. Au passage, on notera qu’il n’est pas fait franchement allusion au soleil ou à la lune… Plusieurs objectifs leur sont assignés : illuminer la Terre, gouverner le jour et la nuit, servir de signes pour les saisons, les jours, les années et pour séparer la Lumière de la Ténèbre. A chacune son Luminaire, comme s’il était fait discrètement allusion à l’intelligence consciente et à l’intelligence non consciente…
Puis, c’est au tour des eaux et des airs de recevoir d’énigmatiques créatures dont on ne peut affirmer qu’il s’agisse réellement de mammifères marins, de poissons ou d’oiseaux ! Elohim les bénit et les programme pour qu’ils pullulent en fructifiant, en multipliant afin de remplir les eaux et les airs. Ces termes laissent songeur… D’autant plus que la bénédiction d’Elohim confirme leur mission d’abonder et leur confère un caractère sacré, une forme de protection comme s’ils occupaient une place à part dans le dessein divin.
Et puis, Elohim annonce un nouveau projet : la terre devra faire sortir ce que le récit appelle « le vivant » et « la bête » pour son espèce. Oui, mais… lesquelles ? Est-ce que ce sont des termes qui regroupent la création des différentes espèces animales qui peupleront la Terre ? Possible ! Mais, une autre énigme surgit entre les termes du verset 25… Voici qu’il est question d’une espèce de « reptile » qui va occuper un élément dont il est question pour la première fois dans le récit. Il s’agit de ce qui se nomme en hébreu Adamah et que les traducteurs ont envisagé comme un synonyme du mot terre, c’est-à-dire Erets en hébreu. C’est pourquoi on trouvera selon les traductions, les termes « sol », « glèbe », « glaise » pour respecter la distinction entre les deux mots originaux. Cependant, cela ne nous éclaire pas sur cette Adamah qui apparaît comme un cinquième élément dans ce récit. Quelles sont ses propriétés ? Par ailleurs, quel genre de reptile sera son hôte ?
Mais, le récit n’est pas terminé. D’aucuns pourraient s’étonner qu’on s’attarde autour de ce mot alors qu’on attend l’ultime création d’Elohim, c’est–à-dire celle de l’Homme avec un grand H. Celui que les traducteurs ont placé au-dessus de tout en arrangeant à leur idée les termes de cette troisième partie.
Bien sûr… Il s’agit d’Adam, mais entre nous, mieux vaut lui consacrer un article complet !

A suivre…
Prochain article : Un serpent nommé désir 3ème partie
A consulter, les pages 1-2-3-4-5

4 réflexions sur « Enquêtes très spéciales… »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Partage de savoir-faire, de connaissances, d'opinions avec humour et bonne humeur.

%d blogueurs aiment cette page :